Concours de l’Interlettre
Slider

Concours de l’Interlettre 2018

Chaque année, dans le cadre des Correspondances d’Eastman, se tient un concours d’écriture ouvert à tous et à toutes. Il s’agit d’écrire une lettre, d’un maximum de 500 mots, selon un thème défini et divulgué lors du lancement de la programmation, généralement en mai. Les participants ont 2 mois pour faire parvenir leur texte. Les modalités de participation sont affichées sur le site internet.

Un comité de présélection choisit 12 finalistes. Un jury détermine ensuite 5 gagnants. Kim Thuy, Marc Levi, Simon Boulerice, un panel d’éditeurs et Yves Beauchemin ont présidé ce jury au cours des dernières années. Les gagnants reçoivent des livres dédicacés des membres du jury, de petits cadeaux, leurs lettres sont lues devant public lors de la cérémonie de clôture des Correspondances et elles sont affichées ci-dessous.

Le thème retenu pour le concours de 2018 était Dans les coulisses d’un roman québécois. Bonne lecture

En savoir plus

Myriam Lefebvre – Gagnante

2 juillet 2018
Madame Fanie Demeule
Longueuil, Québec

Salut Fanie,

Tu ne me connais pas. J’ai lu ton livre en cachette à la bibliothèque, presque d’une traite! Il n’était pas dans la section pour enfant, mais il trainait sur le chariot de livres à ranger. Maman ne s’est pas rendu compte que c’est un livre pour adulte. Je pense que les pamplemousses roses sur la couverture y sont pour quelque chose, et puis « Déterrer les os », ça fait bien plus histoire policière! Même si j’ai juste 10 ans, je regarde toujours Un tueur si proche à la télé, maman me laisse faire.

En savoir plus

Charlotte Beauchemin

Salut Yann,

C’est Richard. Richard Parker.

Tu dois être vachement étonné, enfin, tigrement étonné que mes pattes puissantes aient pu agripper un si petit stylo le temps d’étaler quelques mots sur ce parchemin.

Peut-être m’as-tu donné un caractère plus humain que tu ne l’aurais souhaité.

En savoir plus

Maude Dufour-Gauthier

Bérénice, ma belle ensauvagée,

Je t’écris dans l’urgence. Je t’écris pour te dire que l’Armée vaincue a gagné ta guerre. La frontière s’est désagrégée : la reliure s’est défaite, les marges sont tombées, la page couverture n’a rien pu retenir. Tu as débordé le livre.

En savoir plus

Fauve Jutras

Chère Éva,

Le vent du fleuve souffle fort, emmêle mes cheveux au même rythme que mes pensées. J’essaie de peser plus lourd dans mes chaussures de peur de m’envoler. Une partie de moi veut croire que ça s’est passé ainsi. Que ton corps fatigué n’a pas su contrer la poussée des bourrasques, que ton esprit n’a pas pu ignorer leur appel.

En savoir plus

Florence Ouellet

Olivia de la Haute mer,

C’est le nom que tante Anne Hébert t’a donné. Ton nom de morte. Moi, ta cousine, ta presque soeur, je n’y ai pas eu droit. J’ai été Nora Atkins pendant quatorze années et quelques pétales d’une quinzième, glissés, compressés, fossilisés entre les pages des Fous de bassan. Nora Atkins.

En savoir plus